Yann Eliès, vainqueur sur la première étape.

Yann Eliès a remporté hier, à 16h 03min 26sec, la première étape de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard Cachemire. Le marin briochin déjà vainqueur en 2012, se place ainsi sur le chemin du doublé.

Yann Eliès.

Le skipper de Groupe Quéguiner-Leucémie Espoir a navigué pendant 3 jours, 3 heures 3 minutes et 26 secondes pour sillonner les 536 milles (vitesse moyenne de 7.13nds) qui le séparait de Porto. Yann Eliès a du gérer de nombreuses difficultés, telles que des conditions météorologiques extrêmes ainsi que de très nombreux changements en tête.

 » ll a fallu aller la chercher à l’arrachée, comme à chaque fois. Je suis content du résultat final parce que j’ai été quasiment tout le temps aux avants postes, sauf au départ, mais ça devient la coutume ! Avec des coups durs aussi. Au cap Finisterre, je pensais avoir fait le trou. Quand le vent a commencé mollir, je me suis dit, c’est bon, je leur ai pris 10 milles. Et puis le temps de ranger le bateau, j’ai vu trois petits feux passer sous mon vent. Je me suis dis « ben voilà, tout à refaire ». C’était dur ! »  

La nuit très agitée de lundi à mardi a été un des moments intenses et un des grands obstacles de l’étape. Entre deux surfs à plus de 20 nœuds, plusieurs bateaux ont dessalé, certains même en y laissant leur grand spi, une voile de portant indispensable pour la dernière partie du parcours.

« Les conditions étaient très dures, ça n’arrêtait pas de tourner dans tous les sens, il fallait border, choquer, c’était incessant « , explique le skipper.

Finalement, c’est mardi soir, à l’approche des côtes espagnoles et portugaises que tout s’est joué. C’est dans les dernières heures, que Yann Eliès, qui participe à La Solitaire pour la 14ème fois, est parvenu à distancer ses concurrents afin de remporter au Portugal la première place du classement et la 8ème étape de sa carrière, se rapprochant  un peu plus de son objectif qui est d’accrocher le record de Jean Le Cam (9 étapes).

Il y a quelques écarts. J’ai fait un petit trou sur pas mal de gars, c’est positif. Mais ce n’est que la première étape, il ne faut pas crier victoire tout de suite, il en reste trois. Je suis content, mais lucide et humble parce qu’il peut se passer la même chose dans l’autre sens, notamment sur la deuxième étape », confie Yann Eliès. « Les favoris, oui, j’en fais partie. Il faut y croire et je m’estime prêt. Maintenant, je vais d’abord savourer celle là. C’est ma 8e, une de plus. »

Direct Cordage félicite et soutient Yann Eliès pour la suite de la course.

La suite à la prochaine et deuxième étape entre Porto et Gijón ! A vos pronostics !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s